“Il est urgent que le gouvernement fixe les conditions du travail nocturne pour faciliter le développement de l’e-commerce”

Montea dresse le bilan six mois après l’accord de soutien au commerce électronique

Jeudi 9 juin 2016

  • Pour l’instant, notre pays ne parvient pas à convaincre les grandes entreprises de commerce électronique à organiser chez nous la distribution de leurs colis. Six mois après l’accord conclu par les partenaires sociaux sur le travail nocturne dans le secteur de la distribution, aucun accord n’a encore été conclu avec une entreprise de distribution.
  • Selon Montea, l’un des plus grands investisseurs de notre pays dans des entrepôts logistiques, cela montre que les mesures adoptées sont insuffisantes pour stimuler rapidement le développement de l’e-commerce en Belgique. Montea appelle ainsi le gouvernement fédéral à prendre sa responsabilité et à autoriser le travail nocturne (dans le secteur du commerce électronique) au lieu de déléguer cette responsabilité aux entreprises.
  • L’appel n’est pas lancé par hasard maintenant. Des négociations viennent d’être entamées entre les partenaires sociaux de deux grandes entreprises qui projettent d’ouvrir un nouveau centre de distribution logistique.
                                                                                        ***

L’année dernière, Montea avait déjà démontré que le développement du commerce électronique au cours des cinq prochaines années allait menacer quelque 50 000 emplois dans le secteur du commerce de détail en Belgique. Mais ces emplois pourraient être en partie récupérés en créant dans notre pays davantage de possibilités de développement de l’e-commerce. Cependant, force est de constater qu’aujourd’hui, ce sont toujours les Pays-Bas qui, comme ils le font depuis plusieurs années déjà, attirent les principaux acteurs de l’e-commerce comme Primark, Action, Bol.com, Coolblue et Wehkamp. Et qui plus est, les centres de distribution de ces entreprises s’installent près de la frontière, côté belge, pour pouvoir desservir le marché belge. Au cours de ces dernières années, ce sont déjà quelque 9000 emplois qui ont été perdus dans ce secteur.

Le travail nocturne constitue l’un des principaux obstacles dans le secteur de l’e-commerce. Montea estime qu’il est plus qu’urgent de s’y attaquer car le consommateur veut pouvoir commander jusqu’à 23h59 et recevoir son colis le lendemain. Cela fait précisément six mois que les représentants syndicaux et les employeurs ont conclu une CCT cadre sur le travail nocturne dans le secteur du commerce électronique afin d’attirer les entreprises spécialisées dans l’e-commerce à installer des centres de distribution chez nous et de créer ainsi de nombreux emplois à court terme.

“L’accord conclu par les partenaires sociaux fin de l’année dernière, sous l’impulsion du gouvernement fédéral, était un pas dans la bonne direction.  Mais à ce jour, force est de constater qu’aucune entreprise n’est parvenue au cours des six derniers mois à conclure un accord. La CCT cadre n’a donc donné aucun résultat concret jusqu’à présent alors que le temps presse dans ce secteur où tout évolue si rapidement.” 

Jo De Wolf, CEO Montea

Selon Montea, le problème se situe principalement aujourd’hui au niveau de la responsabilité qui incombe aux entreprises de conclure des accords individuels. Les employeurs qui ne sont souvent que des pions sur le grand échiquier européen sont ainsi contraints de négocier localement et individuellement. Or, selon Montea, il serait beaucoup plus simple et plus efficace de laisser le soin au gouvernement de prendre ses responsabilités et de fixer les conditions autorisant le travail nocturne dans le secteur de la distribution (et de la logistique).

Les emplois de demain

Le géant de l’immobilier logistique ne lance pas son appel par hasard maintenant. Des négociations sont en cours actuellement dans notre pays entre les partenaires sociaux de deux grandes entreprises qui projettent de développer un centre de distribution logistique. Nous devons valoriser pleinement l’intérêt montré par plusieurs prestataires de services logistiques importants quant à une offre de services plus efficaces envers les clients des entreprises spécialisées dans le commerce électronique. Nous décidons effectivement aujourd’hui des emplois de demain, déclare-t-on chez Montea.

“Le handicap lié au niveau des salaires contre lequel nous nous battons depuis des années joue également un rôle majeur dans le contexte de l’e-commerce. Ce handicap de dix à 20 pour cent par rapport à nos pays voisins complique la vie de nombreuses entreprises qui éprouvent des difficultés à concurrencer les sites logistiques néerlandais, qui se situent parfois à plus de 800 km. En outre, nos horaires de travail doivent également être plus souples afin de pouvoir faire face aux pics d’activités que connait le secteur logistique.

Jo De Wolf, CEO Montea

Une véritable percée

Les mesures proposées par Montea, qui vont du travail nocturne aux heures flexibles de travail en passant par la suppression du handicap lié au niveau des salaires, sont des mesures qui, selon le géant de l’immobilier logistique en Belgique, pourraient être prises à court terme et rapidement porter leurs fruits.

“Dans ce secteur en pleine mutation, il est absolument nécessaire de faire quelques avancées mais également de réaliser une véritable percée à court terme. Nous sommes situés au cœur de l’Europe et nous avons d’importants atouts tels que le plurilinguisme et une production de travail élevée ; nous devons par conséquent pouvoir être aussi flexibles que nos voisins pour pouvoir entrer en ligne de compte lorsque les grandes entreprises internationales d’e-commerce envisagent la création d’un nouveau centre logistique.”

Jo De Wolf, CEO Montea